Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2017

les voluptés ordinaires

Le souffle qui s'en va du trou de mon cul, ou mes entrailles qui semblent le suivre en un soulagement sourd, c'est comme une absence qui se fait jour, et c'est la naissance de mon éveil. Je m'étonne aujourd'hui de morceaux de moi qui m'étaient inconnus et fuis, tant ils étaient proches. Et quelle volupté de tenir au bout des lèvres un bout de sein mordillé dont le lait est absent mais la douceur confuse est lactescente ; opale qui m'entraine, me fait sentir la contraction involontaire du bas ventre, celle qui attend d'être contenue, enserrée, attrapée. Longs bras et longues hanches, votre délicatesse est d'être infinis jusque l'instant d'être rassemblés, corps contre corps, pour que l'orifice béant et défendu s'abime de mes tensions d'arc vers le rouge du couchant, avant que les fleurs poussent le long de nos colonnes vertébrales. Au delà du labeur des coups de reins assenés, au delà des mauvaises bières trop vite bues pour être appréciées, des ivresses faciles des substances et des corps, les voluptés ordinaires, nues dans leur humilité, de ne jamais voir un autre entier, m'attendent devant la vague, toujours devant, toujours moins sourdes à mon présent. Et je m'accroche à ces guenilles des coins de mon corps pour perdre la sujétion de mon organisme éberlué par un totalitaire sujet qui m'énoncerait tout entier.

15:45 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire