Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2018

Les rêveurs éveillés

Avec gris, nous avons enregistré Bourgeons. Marécages.

19:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Nudité

Dans la nudité d'une nuit d'hiver, évidé dans le ciel sombre aux nuances violettes, je courrais pour oublier les danses. Il n’y avait plus que l’eau qui coulait, et les jambes d’une inconnue qui courraient devant moi. Toute une course des êtres d’eau pour se jeter dans l’abime.

Ses regards, par instants, se tournaient vers moi pour appeler un peu plus d’allégresse encore dans mon cœur qui battait à rompre mes entrailles. Chaque fois que je croyais la rattraper, pour saisir sa main et lui demander son nom, je m’apercevais qu’elle m’avait devancé plus encore, que de nouveau quelques arbres nous séparaient. De lourdes souches millénaires d’une hauteur vertigineuse, des troncs jetés vers moi de toutes les diagonales du monde, étiraient à l’infini cette course.

Les lignes courbes élancées vers le ciel. Les ombres disparaissant entre ses fesses.Quelque chose d’indicible, d’absolu. Que je poursuivais.

Le souffle coupé par la rage de ma faiblesse et la crainte de l’avoir perdue amenuisait ma foi, quant à tout instant se perdait dans le lointain son image.

Je perdis complètement espoir, les larmes coururent sur mon visage, lorsque j’arrivais dans une vaste clairière. Ici la lumière abrupte de la lune faisait chatoyer les ombres de l’herbe brassée par le vent. Elle était là debout au milieu, semblant attendre quelque chose innocemment, le regard perdu dans le ciel. Ses jambes croisées, sa main gauche au menton et son poignet droit posé sous son sein, soutenaient son coude gracieux en des lignes d’oiseau, puissantes et rieuses.

L’instant d’après elle me fixait, et au travers de cette prodigieuse distance qui nous séparait (encore) je me perdais dans son regard impossible et perçant. Elle lisait comme un livre ouvert mes rêves de romance cachant mal de libidineux scénarios. Ses hanches délicieuses, oscillant de droite et de gauche, entonnaient le balancement léger d’un rêve indolent.

18:57 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

14/12/2017

Tristesse

Tristesse

D'un corps contraint, ne sachant sortir de sa condition,

Travailleur menacé par le spectacle d'un gouffre.

Tristesse de l'insurgé, face à la violence qui l'arrête,

Figé dans son expression ratée, manquée, déjà calculée par l'empire.

Tristesse de l'agent de la machine

Dont chaque pas est asphyxié

Vend et achète ce qu'on lui dit, soumis aux horaires du marché.

Tristes rues aux enseignes prévisibles

Toujours plus policées au bon ordre

D'un commerce qui ne profite plus aux vivants.

Triste art populaire,

Instrument à rendre triste

Par l'étalage grandiose d'un bonheur inatteignable.

Tout le monde est bien triste et ma rage finira par s'éteindre par l'amour des lueurs,

                                           Car la lumière luit dans les ténèbres, et nous la cueillons.

18:25 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2017

E

Tout homme qui fait de la politique son métier est un voleur. On devrait interdire la politique aux voleurs.

14:31 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

06/12/2017

rêveurs psychistes

Nous travaillons en psychiatrie comme des rêveurs éveillée. C'est un travail au bord de soi même, pour éveiller les sens. C'est une acceptation des moments d'endormissement. Nous explorons le sommeil, non pour y chercher le jour. Mais y être. Et conduire son temps vigile avec une attention aux sautes de l'imaginaire. Attention présente. Vigilence non ségrégative. Le collectif met au bord de soi même. Ce qui s'y dit nous dépasse.

L'HP sacré

Le caractère magique, religieux, de la psychiatrie n'a pas été assez considéré, pour prendre le problème de la déstigmatisation dans son essence. Car on ne "déstigmatise" pas des représentations sociales aussi fortes qu' "il est allé à l'HP" par des campagnes d'information. Les propagandes antireligieuses des naturalistes au profit des idéologies capitalistes (ou communistes il y a peu...) n'éliminent pas les pratiques des peuples, mais leur redonne au contraire une force mystique, en leur retirant leur caractère légal et "normal" (normatif et normalisant). Ainsi les chrétiens persécutés de tel pays deviennent des symboles de la foi, des emblèmes pour les lointains. De même les campagnes d'informations sur les maladies mentales n'enlèvent rien de la violence vécue face à ce système concentrationnaire, mais au contraire augmente les clivages des discours. Les énoncés bien pensant séparés des énoncés justifiant les restrictions de liberté.

Se rendre dans la cité et affirmer les folies. Que les présents s'aperçoivent de la douceur des fous.

D

La culture est toujours locale.

 

20:52 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

C

Ne vous justifiez jamais.

20:51 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Jo alive

Jo.jpg


podcast

Homage à Jo qu'on l'aime

20:31 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

15/08/2017

MEDITATION


podcast

Tentons encore le silence.

18:44 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

31/05/2017

les voluptés ordinaires

Le souffle qui s'en va du trou de mon cul, ou mes entrailles qui semblent le suivre en un soulagement sourd, c'est comme une absence qui se fait jour, et c'est la naissance de mon éveil. Je m'étonne aujourd'hui de morceaux de moi qui m'étaient inconnus et fuis, tant ils étaient proches. Et quelle volupté de tenir au bout des lèvres un bout de sein mordillé dont le lait est absent mais la douceur confuse est lactescente ; opale qui m'entraine, me fait sentir la contraction involontaire du bas ventre, celle qui attend d'être contenue, enserrée, attrapée. Longs bras et longues hanches, votre délicatesse est d'être infinis jusque l'instant d'être rassemblés, corps contre corps, pour que l'orifice béant et défendu s'abime de mes tensions d'arc vers le rouge du couchant, avant que les fleurs poussent le long de nos colonnes vertébrales. Au delà du labeur des coups de reins assenés, au delà des mauvaises bières trop vite bues pour être appréciées, des ivresses faciles des substances et des corps, les voluptés ordinaires, nues dans leur humilité, de ne jamais voir un autre entier, m'attendent devant la vague, toujours devant, toujours moins sourdes à mon présent. Et je m'accroche à ces guenilles des coins de mon corps pour perdre la sujétion de mon organisme éberlué par un totalitaire sujet qui m'énoncerait tout entier.

15:45 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2017

B

Là où quelqu'un te parle de liberté, entends-y sa plus grande contrainte

18:56 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

A

Je n'aime plus me torturer d'absence

18:53 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2016

Les créateurs

L'homme a créé des moyens de déplacement, de communication, de représentation et d'asservissement sans précédent.

Le mer, elle, a créé la vie.

Adévore

Le contact ne détermine pas l’amour. L’amour est possession. Il y a un tirer-prendre nécessaire à bander – au moins un vouloir s’approprier des yeux. L’écoute, coulée de danse contact, fait que je ne bande pas – il s’agit d’accueillir le mouvement des astres pour tout le temps s’en dessaisir. Ici ne peut plus se confondre l’érotisme avec la gymnastique. Le désir et son jeu est un je de prendre, se dérober au bon moment. Il ne doit être confondu avec l’écoute du corps et son mouvement. L’amour a son verbe pathique : prendre. Donner et recevoir entrent en dialectique avec lui, mais ils n’appartiennent pas à l’eros – plutôt à filia. L’érotisme est l’agencement du prendre avec le donner et le recevoir. Bouilli d’inventaire.

17:55 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Température

Mon corps entier enserre tes jambes et glisse lentement. Boa constrictor. Je cherche irrémédiablement la fente dans la roche, comme l'eau dont je suis fait boit aux sources du bonheur son enlacement minéral.

17:43 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Note sur Kierkegaard

Ce n'est pas l'homme qui recommence à chaque individu, mais chaque individu qui recommence le genre humain. L'humanité n’est pas chose innée. C’est un lent processus solitaire. L’amour véritable, en acceptant la solitude depuis laquelle, dans leur grand étonnement, les amoureux se rencontrent chaque jour, en appelle à l’inépuisable au-delà de nous même auquel nous ouvre l’authentique altérité. Celle-ci se construit, s’élève, mature, comme toute culture qui accepte d’autant mieux d’inclure qu’elle a la force des paradoxes du cosmos où des lunes opposées s’équilibrent. La route est longue.

17:12 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2016

Terre non prise

Nulle promesse ne sauve,

      mais bien plus elle condamne,

assassine le future avant qu'il ne naisse comme présent.

Il faut donc attendre dans l'angoisse de recroiser

     ce regard dont on ne saura jamais rien.

22:14 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

MOT D'AMOUR

Onde éplorée sur ta porte

Sonde jetée à tes pieds

Je cherche au long du chemin

Qui sans toi reste lettre morte

Et m'enivre que mon destin

Se résume à t'embrasser.

 

Je rêve d'être un bout de toi,

Que les salaisons de mon coeur

Se diluent dans tes gestes amples.

Et bientôt plein de sueur

Et de tes gestes amples

Je voudrais être auprès de toi.

22:07 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

DELECTATION SANGLANTE

Vient à nous l'oubli comme une soupape au destin qui hurle à nos oreilles, à jamais banni des hautes sphères pour sa médiocrité trop humaine.

Les anges incarnent les bêtes, et les bêtes dispensent un enseignement aux fleurs qu'ils arrachent.

22:03 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2015

Le vécu de fin du monde

Le vécu de fin du monde est cet enseignement du monde qui s’effrite ou se délire à grande échelle, un monde superlatif comme celui des adultes – des vrais hommes – qui ne se réduit plus à la coque familiale.

Les lignes de fuite du désir peuvent faire preuve d’un peu plus de créativité si on arrive au-delà du désir de papa-maman. Ainsi le délire de fin du monde est ce vécu apparaissant au sortir du cocon familial, lorsque l’homme peut choisir de prendre son destin entre ses mains, d’aller au-delà du proposé, du préposé, de la poursuite du déjà fait.

Ce délire peut se purifier jusqu’à être athématique. Il n’est plus un délire.

Il s’agit d’apprendre à tenir debout, seul, dressé dans l’hyperespace insondable, vers une attente insoluble, l’œil du grand tout tourné vers le rien, l’absolu hors de lui, haletant au contact de la dentelle du temps, présence instable et inaltérable qui branche ses eaux vivifiante à la source du vide.

Soudain, je sais.

Je ne sais pas seulement que je ne sais rien, mais je sonde en limier cette béance, certain d’y trouver le mouvement qui ne peut plus être enfermé par l’objet.

M’apercevant alors de la présence convaincante des objets, j’authentifie ma masse de l’influence mutuelle du dedans et du dehors. Informé de cet hors, le mystère reste entier chaque fois que l’aube parait, puisque cette information n’est qu’un risque à réduire le monde aux étants, à s’imaginer ce qui déjà appartient au passé.

Le saut est dès lors à reproduire encore et encore, avec toutes ses étapes, ses croyances, ses métabolismes successifs – avec ses sauts au sein du saut.

20:22 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

12/10/2015

Dire l'innomable

Adaptation du texte de Beckett par les diseurs de la ville-evrard...

beckett.JPG

 

 

beckett.mp3

 

flyer innomable.pdf

 

un montage de la pièce non remasterisé, dans une premoière version :
podcast


podcast


podcast

 

08/10/2015

La Seule (certitude)

Une certitude, un point. L'au-delà jette sur le reste son voile salvateur. Quelque chose semble perdurer. Là s'amarre mon oeil de brume. Car je me sais perdu, définitivement perdu... Et comme un enfant à sa mère jette son appel et s'accroche à son regard, le monde est aveugle, bruit de fond que je ne peux ignorer face à une certitude, un point.

Dans la danse comme partout, un certain regard se jette sur moi, qui lance le théatre des fantasmes. Des histoires qu'on raconte et qui finissent par se croire réelles. Une musique lancinante de gamins abrutis.

Mais il reste une certitude, un point.

Ce n'est pas grand chose, à cet endroit là ! Cette certitude ne raconte pas d'histoires novatrices. Il n'y a rien dans le monde qui semble attendre la certitude.

Mais mon oeil concentré ne perd pas l'eau courante au fond de la bouche. Ce regard fixé en un point laisse la place vide pour qu'avancent vers elle les certitudes qui dansent le monde par delà le brouaha, le tumulte des scénarios et des images. Ces derniers, passagers, tomberont demain dans nulle part, dans les oreilles d'un autre.

Rien ne se passe. Tout se transforme. Tout passe, tout coule.

titanic.jpg

21:04 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2015

Temps

Je souhaite produire du temps. Il va s’agir de ne pas courir après lui, mais de lui ménager un espace auquel j’adviendrais.

Il est deux temps. Il est le temps des cycles, dit ‘naturel’, où les fleuves reviennent à la mer, mais la mer n’en regorge point. Dans ce temps naturel, le sujet est résolût en n’interrogeant pas sa place. Acceptant l’éternel recommencement, il cesse de s’approprier ce qui n’est pas à lui. La confusion du naturalisme va implicitement jusqu’à mêler cette acceptation avec la façon dont les bestioles et les astres subissent les cycles. A la nature il oppose la culture, tout aussi relativisée. Cette culture s’est avancée jusque la notion de paysage juste avant de s’imaginer revenir aux origines, et avec ce paysage arrivait un deuxième temps : l’horizon. Le sujet du libre arbitre, s’il en a le courage, s’horizonne. Il regarde au loin là où l’astre luit, et se dirige d’un pas assuré vers un destin dont la responsabilité est entre ses mains. Son temps est compté – de trop bien savoir où il va. Et pétri de certitude, le spectacle environnant le pétrit. Lutte permanente entre l’acceptation des systèmes dominants du pouvoir et la réaction à ceux-ci. Lutte entre la difficulté d’être et le manque à avoir. Lutte face à la violence du constat qui le frappe de plein fouet. L’homme stress de sa responsabilité atteinte par la perte du temps, mais constate la vérité paradoxale de ce qu’il soit à sa place, qu’il ne puisse rien faire de mieux que ce qu’il constate. Il doit se faire sa place.

Je cherche à produire du temps.

Premier temps - je ne suis rien, j’observe de ce point de néant, de silence – je ne suis rien de plus que d’être à ma place, de sentir mon corps et d’être le monde.

Deuxième temps – je suis responsable car de ce silence j’ai perçu la trace. Je ne suis rien même à ce rien. Mais au sein du silence apparaît un point à l’horizon, une ligne de fuite d’où se dessine le paysage. Et je suis responsable de la flamme qui embrasa ma route vers elle.

L’oubli guette. La distraction approche à pas furtifs.

25/03/2015

Face au tumulte et à l'amertume de quelque éclairé

 

En haut des montagnes, au dessus des conspirations et des râles excités par le pouvoir, des guerriers silencieux observent la nuit. Leurs forteresses sont imprenables : les hazards des temps ne les concernent pas.

 

L’histoire est amère à ceux qui l’attendent sucrée.

 

La vie s’écoule depuis sa source.

 

23:03 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (2)